Un jour, un témoignage : Soeur André-Marie

L'engagement à la vie consacrée dans notre diocèse.

Si vous deviez résumer votre mission ?
Avant que le monde fut créé, j’étais dans le sein du Père. Avant de naître du sein de ma mère, Il m’avait déjà appelée. Non qu’Il avait besoin de moi mais Il a voulu en avoir besoin.

Ma vocation, mon appel, c’est répondre à son appel d’amour en étant proche de LUI comme avec un Ami ! Dans une relation priante, aimante, en témoignant de cet amour à travers la vie hospitalière et le « prendre soin » par ma profession d’infirmière.

Quelle est votre joie ?
La joie découle du don de soi, d’une paix intérieure et aussi d’un certain humour en ne se prenant pas trop au sérieux. Qu’as-tu que tu n’ais reçu ? Je ne suis pas différente des autres mais étant unique, j’ai une réponse unique à donner, faisant extraordinairement les choses, les actes ordinaires, en étant un reflet de Sa Présence.

Un soutien dans votre vie de prière, étant donné que l’année 2024 est consacrée à la prière en préparation du jubilé ?
L’amour est inscrit dans notre ADN. Nous ne pouvons pas être un soleil mais nous pouvons être un lumignon par notre visage et tout notre être. C’est Dieu qui nous montre le chemin. A la suite de Jésus, osons affirmer : frappez, on vous ouvrira, cherchez, vous trouverez, demandez, vous recevrez.

Que diriez-vous à une jeune fille qui se pose la question de la vie consacrée ?
Je peux donner un verre d’eau mais si ce verre contient de l’amour, alors il devient, source de bonheur, de partage, de merci. Il était Là ! Alors à la jeune je dirai : venez et voyez, Il est le pain, la vérité, la vie par son Eucharistie. En sommes, nous reflétons un peu Emmaüs : ils le reconnurent à la fraction du pain (de tout pain).

Soeur André-Marie, soeur hospitalière du Sacré Cœur de Jésus, Cambrai

Article publié par Service communication • Publié le Jeudi 08 février 2024 - 00h30 • 217 visites

keyboard_arrow_up